Actions Culturelles

Logo Caravane des Conteurs

« La caravane des Conteurs va de ville en village en parcourant la Corse avec ses histoires… »

La Caravane des Conteurs est un groupe de bénévoles, passionnés, formés à l’art du conte par la Ligue de l’Enseignement de Haute-Corse, et souhaitant faire découvrir et redécouvrir les contes, en allant à la rencontre du public.

Pour cela, ils parcourrent les routes de Corse afin de raconter leurs histoires issues de leurs répertoires personnels et du répertoire des contes traditionnels corses.

Les conteurs de la caravane nous entrainent avec eux dans un monde magique, ils ouvrent la porte aux imaginaires par l’écoute d’une histoire, ils construisent des ponts avec leurs mots.

« La Caravane des Conteurs, c’est un groupe de voyageurs conteurs réunis pour traverser la Corse reprenant ainsi la tradition antique des caravanes qui ont permis aux cultures de traditions orales de voyager et de se répandre de par le monde »

Le conte, pourquoi ?

Le conte a un pouvoir éducatif, il participe au mieux vivre ensemble et à la maîtrise de la parole.
Le conte est un lieu du « nous », il n’y a pas de conte sans communauté. C’est la parole du cœur. Son message est de l’ordre de l’universel. Il balaie toutes les frontières tout en portant les particularités des différentes cultures.
Ils aident à prendre conscience de l’universalité dans laquelle nous sommes vraiment, tant entre êtres humains qu’avec le monde animal et végétal.

« L'homme a un souffle de vie et la bête aussi. L'homme a un cœur, la bête aussi. Et quand le souffle sort avec la mort, l'homme et la bête ne sont plus rien. Mais, l'homme vaut plus au la bête parce que l'homme est quelqu'un à qui on peut adresser une parole et quelqu'un qui peut exprimer une parole. L'homme est un être avec qui on peut dialoguer. L'homme c'est la parole, une parole qui cuit et murit dans le cœur »
Paroles d’une femme du peuple Woodabe du Niger rapportée par Suzy PLATIEL, ethnolinguiste africaniste, chercheure au CNRS.

Dans nos sociétés où la parole en communication directe est en train de perdre de plus en plus, le conte permet de redécouvrir l'importance de la parole.
Celui qui raconte le conte est un passeur. Le conte choisi et raconté parle à son cœur. Il se l’approprie et le crée avec son vécu, son vocabulaire, son imagination, outil créatif. On ne l’écoute pas seul mais avec d’autres. Le public a le droit de se l’approprier.
Le conte crée la solidarité ayant pour source le bonheur et la créativité. Il permet le partage d’un vrai bonheur avec d’autres qui ne pensent pas comme nous.

À travers l’écoute et la narration de conte, le public est exposé à des situations dans lesquelles les causes ont toujours des conséquences. Cette compréhension profonde de la structure cause/conséquence favorise le développement du sens de la responsabilité individuelle (assumer les conséquences de ses actes) et la pensée (réfléchir avant d’agir). La formation de l’esprit se fait de façon inconsciente et implicite. Le conte participe à la formation de l’identité des individus.

Plusieurs linguistes, dont Alain BENTOLILA, estiment que le fait de ne pas pouvoir mettre en mots sa pensée pour l’autre conduit à des passages à l’acte violents. Il emploie le terme de « langue illettrée », moins une personne a de mots à sa disposition, plus elle risque de parler par l’action et la violence.
En ce sens, réhabiliter le conte oral peut participer à la non-violence puisque, comme le dit Daniel PENNAC, « une des fonctions essentielles du conte est d’imposer une trêve au combat des hommes ».
Dans le contexte actuel, le conte apparaît comme un outil indispensable pour permettre à chacun d’entre nous de s’ouvrir aux autres. Le conte et l’oralité sont des vecteurs de la conscience collective et individuelle pour des êtres humains accomplis et un lien social fort.

Qu’est-ce qu’un conte ?

Un conte est une histoire qui se transmet de bouche à oreille. Dans tous les pays du monde, cette tradition orale fait partie de la mémoire collective. Au fil du temps, ces contes traditionnels sont devenus des textes littéraires, rédigés par des écrivains.
Toutes les civilisations ont inventé des contes pour faire rêver ou pour expliquer le monde. Souvent ces récits sont anonymes et se transmettent oralement, s’enrichissent progressivement. Il existe souvent plusieurs versions d’une même histoire. Le conteur est donc une personne essentielle, il captive son auditoire et le transporte dans un monde imaginaire par la poésie et l’humour.
On reconnaît dans les récits d’origine populaire l’expression originale d’un peuple.
On en est venu à considérer que tout récit de tradition populaire orale recèle des schémas de connaissances qui remontent parfois dans la nuit des temps.

« La pensée poétique apparaît dès l’aurore de l’humanité, d’abord sous la forme du langage, plus tard sous l’aspect du mythe qui préfigure la science, la philosophie, et constitue à la fois le premier état de la poésie et l’axe autour duquel elle continue de tourner à une vitesse indéfiniment accélérée »
Benjamin PÉRET dans son Anthologie des mythes, contes et légendes populaires d’Amérique.

Il reste que le conte, par lui-même, possède sa propre valeur magique. Il en est ainsi pour toute œuvre d’art, pour tout poème qui, avant d’être un objet littéraire, est incantation, charme.

L’art du conteur :

« Raconter des histoires », c’est faire sentir simplement, faire vibrer cette part de la permanence de l’humain. Raconter c’est partager, établir une relation avec l’autre, transmettre.
Le conteur est un passeur culturel au service d’une culture humaniste.
Le rôle des conteurs est fondamental. Gardiens et passeurs du patrimoine, ils ont un vaste répertoire qui leur permet de choisir des récits parfaitement adaptés à tous les publics qu’ils peuvent rencontrer. Ils racontent dans une langue poétique et riche, en respectant scrupuleusement le précieux patrimoine dont ils sont les dépositaires provisoires.
Les conteurs ont un rôle particulier de conservateur et passeur de ce patrimoine infiniment précieux.

« Ne racontez jamais une histoire qui ne vous dit rien à vous-même. Il faut susciter l’étonnement et l’intérêt passionné lorsque l’on conte. On allume une flamme dans le cœur des enfants car on a senti soi-même une brûlure intérieure et on désire faire partager intensément ce qu’on a vécu… L'art du conteur consiste à faire éclore des images chez les personnes qui l'écoutent, d'émouvoir par ses récits, jusqu'à toucher l'inconscient, et en faire un outil de construction personnelle. Si le conteur raconte bien, l’auditeur devient alors créateur de ses propres images, qu’il emporte avec lui pour longtemps, et qui continuent en lui un long travail souterrain utile à la construction de sa personne…La relation qu'entretient un conteur avec ses récits est profonde : un conteur vit ses histoires et vit avec ses histoires. Il témoigne de ce qu'il a vécu, songé, c'est un rêveur d'histoires. Un conteur n’est pas quelqu’un qui emprunte un livre de contes dans une bibliothèque pour raconter une histoire deux jours après. Il n’apprend pas un texte. Il vit ses histoires. Il vit avec ses histoires. La relation d’un Conteur à ses Contes est une relation forte, riche et complexe. Il faut parfois des mois pour apprivoiser un conte, pour le rêver, le vivre, et se sentir prêt à le donner à un public. »
Philippe BERTHELOT, conteur